8-bonnes-pratiques-sur-les-Réseaux-Sociaux

8 bonnes pratiques sur les réseaux sociaux

Pensez-vous bien utiliser vos réseaux sociaux ? Je suis sûr que oui, je vous imagine en train de faire défiler votre fil d’actualité Facebook, regarder quelques vidéos drôles de chats, et tomber sur cet article qui pique ta curiosité.

Maintenant que vous êtes sur Facebook, Linkedin ou Twitter, pourquoi ne pas faire les choses correctement ?
Voici 8 bonnes pratiques sur les réseaux sociaux que vous pouvez réaliser dès aujourd’hui. 

1. Publier au bon moment

C’est tout simplement le moment où votre communauté est prête à interagir avec vous. Ce « bon moment » varie en fonction du réseau social ! Voici quelques éléments à retenir pour Instagram, Facebook et Twitter.

Quand publier sur Instagram

Privilégiez les créneaux horaires de 2 heures et 17 heures. 2 heures du matin car, c’est le moment où le réseau reçoit le moins de posts, en volume, mais aussi le moment où les plus fervents instagramers sont actifs, prêts à aimer, partager ou commenter vos photos. 17 heures car c’est la fin de la journée de travail, le moment que choisissent les utilisateurs pour surfer un peu et découvrir ce que leur réseau social préféré leur réserve de nouveau. À l’inverse, il est préférable d’éviter de publier vos photos sur Instagram à 9h et à 18h.

Quand publier sur Facebook

Les 2 jours les plus opportuns pour toucher et engager une communauté sur Facebook sont le jeudi et le vendredi (ça parait presque normal), avec une légère préférence pour le vendredi. En effet, le dernier jour de la semaine, les internautes sont plus heureux, plus disponibles, donc plus à l’écoute et dans de meilleures dispositions pour réagir.

Selon les études, les publications du vendredi génèrent +17% de likes, +15% de commentaires et +15% de partages en plus. Quant aux meilleurs horaires, retenez le créneau 13h – 15h, plus favorable pour les clics et les partages.

Mais chaque restaurant étant différent (selon sa cible, son positionnement, son amplitude horaire, sa zone d’implantation…), le mieux reste encore de savoir, chiffres à l’appui, quand vos fans sont en ligne, ce que vous pouvez découvrir depuis les analyses Facebook.

Quand publier sur Twitter

Privilégiez les jours de semaine sur Twitter, avec une légère préférence pour les mardi, mercredi et jeudi. En termes d’horaires, deux créneaux ressortent particulièrement des analyses lorsqu’il s’agit de favoriser les retweets et les partages : 12h – 15h et 17h – 18h.

Vous pouvez vous fier à ces moyennes, mais si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, le mieux est encore d’explorer vos statistiques. Vous pouvez pour ce faire utiliser Twitter analytics, qui vous donnera une visibilité sur les meilleurs moments pour tweeter auprès de vos abonnés.

2. Ne pas parler que de vous

Vous connaissez sans doute la règle des 20/80, ou la loi dite de Pareto ?
Elle s’applique aussi sur les réseaux sociaux : sur 10 publications ou tweets,
2 parleront de vous (vos plats, vos offres promo, vos événements et nouveautés…), et les 8 autres concerneront ce qui intéresse votre communauté. Comment voulez-vous en effet que vos fans ou vos abonnés vous écoutent si vous ne savez pas vous-même les écouter ? Il peut s’agir d’événements locaux ou nationaux, de ce qui fait rire ou attendri vos fans et abonnés, de tendances liées à votre univers et à votre concept… Pensez aussi à partager l’actualité de la ville ou de la région dans laquelle vous êtes implanté et d’où une majorité de vos fans et followers sont probablement originaires.

Appliquer cette règle vous permettra d’être source de valeur pour votre audience et d’attirer et retenir plus facilement son attention.

3. Créer un sentiment d’exclusivité

La motivation première des personnes qui suivent et aiment une marque est de pouvoir profiter de ses offres et promotions. Pour valoriser, fidéliser et remercier vos fans et abonnés, proposez leur des offres exclusives, des bons plans, des remises, quelques choses qui les fassent se sentir exceptionnelles.

4. À chaque réseau social, sa ligne éditoriale

Pour gagner du temps, vous vous dites que vous pouvez facilement publier la même photo, le même texte et au même moment sur tous vos réseaux sociaux ? Ce n’est malheureusement pas une très bonne idée !

En effet, vous adresseriez-vous de la même manière à une jeune femme urbaine âgée de 25 ans qu’à une mère de famille de 40 ans, à un bobo de 35 ans qu’à un ouvrier de 50 ans, à un étudiant de 18 ans qu’à un senior de 65 ans ? Probablement pas.

Ceux qui vous suivent sur Facebook ne sont probablement pas les mêmes que ceux qui vous suivent sur Instagram ou sur Twitter. Vous devez donc apprendre à mieux connaître le profil de vos communautés, identifier leurs centres d’intérêt, leurs attentes… et, tel un caméléon, adapter votre vocabulaire et votre tonalité en fonction du réseau social.

Pour vous aider, commencez par analyser vos statistiques : sur les publications qui ont bien fonctionné sur chaque réseau social, quel ton avez-vous adopté, de quel sujet avez-vous parlé, à quel moment avez-vous publié, quel type de contenu avez-vous partagé… ? Qui sont vos abonnés (âge, sexe, ville, pays…), qui sont ceux que vous touchez et ceux que vous engagez ?

5. Mesurer vos performances

Connaissez-vous cette expression : « on ne gère bien que ce que l’on mesure bien » ? Vous l’appliquez déjà certainement pour votre activité, pour lequel vous avez identifié des ratios et des indicateurs de performance : ticket moyen, marge brute, ou encore, taux de remplissage… Les réseaux sociaux ne font pas exception à cette règle.

Si nous devions retenir deux indicateurs de performance clés pour Facebook et Twitter, ils seraient les suivants :

Facebook : la portée et le taux d’engagement, que vous pouvez retrouver facilement sur les statistiques Facebook.

Twitter : le taux de retweet (c’est un peu comme mesurer l’effet bouche à oreille) et le taux de réponse (c’est un peu comme mesurer les conversations).

Si vous avez un site Internet et que vous l’avez lié à un compte google analytics, pensez également à suivre et mesurer la part du trafic généré par les réseaux sociaux sur le trafic total.

Sur Google Analytics : Acquisition –> Tout le trafic –> Canaux

6. Promouvoir le contenu sur les réseaux

Depuis le changement d’algorithme de Facebook, il faut bien avouer que la portée organique a chuté telle une pierre en haut du Mont blanc. Le modèle économique de la plateforme se veut payant. Bien qu’on puisse le déjouer légèrement avec du contenu vidéo et des vidéos live Facebook, les entreprises ont tout intérêt à penser un budget pour la publicité. Nous ne parlons pas de centaines d’euros ; une dizaine d’euros par mois selon, le budget peuvent suffire.

Sponsoriser le contenu

Il est possible de promouvoir les publications également sur Twitter, sur LinkedIn ou sur Instagram. Les publicités de Facebook sont celles qui sont les plus rentables. Toutefois, tout dépend du réseau sur lequel vous officiez. Alors que Twitter et LinkedIn utilisent un algorithme qui n’a pas recours à la publicité pour mettre en avant du contenu, Instagram et Facebook en ont rendu l’utilisation impérative. C’est donc un facteur qu’il faut considérer lorsque l’on prépare les budgets pour les prévisions mensuelles et trimestrielles.

Pay to play

Promouvoir un contenu permet de lui donner un coup de pouce et d’offrir un peu plus de visibilité. Quand la promotion de la marque peut coûter plus cher à l’acquisition, la publicité d’une publication peut s’avérer peu coûteuse si elle est bien ciblée. L’outil business manager est d’ailleurs un outil ultra puissant avec une grande possibilité de ciblages (selon les intérêts, la localisation géographique, les comportements, le niveau d’études ….).

Afin d’optimiser vos campagnes publicitaires, vous devez fixer des objectifs (interactions, mentions j’aime, trafic vers votre site ou une application, conversions, notoriété de la marque, le taux d’engagement) et savoir quelle est l’audience que vous souhaitez cibler (par exemple une audience similaire à celle qui vous suit, des personnes ayant effectué un achat les 7 derniers jours, les personnes surfant sur mobile). Vous aurez fixé un budget sur le mois, et vous saurez en amont quelle publication mettre en avant (d’où l’intérêt encore une fois du calendrier éditorial).

7. Repérer les tendances

Les réseaux sociaux sont de formidables outils pour effectuer une veille :

  •  sur vos concurrents : profitez-en pour comprendre leur manière de communiquer et d’interagir avec leur communauté. Attention, restez vous-même : l’objectif n’est pas de les copier mais d’adapter de bonnes pratiques à votre communication.
  •  sur vos potentiels clients : intégrer des groupes ou des conversations vous permettra de « prendre le pouls » sur le domaine d’activité dans lequel vous évoluez. Vous serez aux premières loges pour détecter les sujets qui intéressent votre cible.

8. Être actif

La régularité est l’un des facteurs clés pour obtenir des résultats concrets sur vos réseaux sociaux. Ceux qui vous suivent ou vous découvrent souhaitent avoir fréquemment de vos nouvelles. Rien de plus dommageable qu’une page dont le dernier post date d’il y a plusieurs semaines…

Avant de vous lancer sur les réseaux sociaux assurez-vous d’avoir assez de contenus à partager et de temps à y consacrer, cela évitera le désengagement de vos abonnés. Pour vous aider, il existe des outils vous permettant de programmer et planifier vos publications.

Besoin de conseil pour votre stratégie Réseaux sociaux ? Contactez-nous !
Sinon, pour découvrir comment designer l’identité de marque qui sera déclinée sur vos réseaux sociaux rendez-vous sur notre article Comment définir une identité de marque 2/2

Définir une identité de marque - Agence de communication Paris Lyon Aix les Bains Clermont Ferrand

Comment définir une identité de marque (2/2)

Qu’est-ce qu’une charte graphique ?

Piqûre de rappel… lidentité de marque correspond à un ensemble de caractéristiques permettant de percevoir la marque. Cela passe par le nom, les valeurs, le positionnement, une politique marketing ET l’identité visuelle. C’est un ensemble d’éléments graphiques permettant d’identifier facilement la marque, composés de :

 

• Un nom,
• Un logo ou logotype,
• D’une griffe (assemblage du nom, du logo et de la signature),
• De couleurs,
• De typographies,
• De pictogrammes, formes et signes,
• Une mise en page

Une fois réalisés, ces éléments graphiques sont réunis dans une charte graphique. Ce document permet de déterminer l’utilisation des éléments graphiques de manière générale et décliner pour chaque support, garantissant la cohérence sur tous les supports de communication (interne, externe).

Pourquoi la charte graphique est-elle aussi importante ?

L’objectif principal de la charte graphique est de constituer une identité visuelle permettant aux clients d’identifier et de reconnaître plus la marque par rapport aux autres. Les éléments forts de la charte tels que le logo, les couleurs ou les signes, définissent un univers graphique qui reflète la personnalité de la marque en transmettant une image, des valeurs, un positionnement… qui donnent le ton !

Les enjeux de la charte graphique sont d’attirer les clients, d’asseoir sa notoriété de marque et de repérer la marque lors des échanges commerciaux ou partenaires. 

 

Comment créer son identité visuelle ?

Avant tout, nous vous recommandons de définir l’identité de votre marque pour créer votre identité visuelle. Une fois que vous avez constitué la base de votre marque, découvrez notre guide des étapes à suivre pour créer votre identité visuelle :

1-    Benchmark & Brainstorming :

Avant de vous lancer la tête la première dans la création de votre identité visuelle, commencez simplement par effectuer quelques recherches… Réalisez une veille concurrentielle ! Prenez le temps d’étudier l’univers graphique de vos concurrents directs ou indirects, situés dans votre pays ou à l’international afin de connaître les codes employés dans ce secteur. Certaines marques pourront même vous inspirer ! Ensuite, prenez aussi le temps d’étudier des marques aux univers qui vous plaisent, mais qui ne viennent pas forcément du même secteur !

Une fois que vous avez réuni vos piges, prenez le temps de vous concerter et demandez-vous quelle est la personnalité de votre marque ? Comment souhaitez-vous que votre marque soit perçue ? Quel univers graphique représenterait la marque ? 

Notez tout ce qui vous vient à l’esprit. Pour guider votre pensée, réalisez un « mind map » (carte mentale) qui organisera toutes vos idées et pistes. Cette première étape de Brainstorming vous permet d’ouvrir le plus d’horizons possibles. 

 

Quelques tips pour aller plus loin…

 

N’hésitez pas à chercher des visuels qui vous inspirent (sur Pinterest ou sur des blogs par exemple), observez la manière dont ces éléments sont utilisés. Composez des planches tendances appelées « moodboard » qui aiguilleront vos inspirations. Vous arriverez ainsi à cadrer votre créativité au fur et à mesure. 

 

Attention, une petite nuance à prendre en considération ! S’inspirer ne veut pas dire copier ! Les étapes suivantes vous permettront de ne pas commettre cette erreur !

2-    Définir sa cible

Une marque ne vit que pour répondre au besoin de ses consommateurs. Il est donc important – pour ne pas dire essentiel – d’avoir votre cible bien en tête lorsque vous créez votre identité de marque et visuelle. 

 

Pour tomber juste, réalisez des insights consommateurs et personnifiez votre clientèle avec des personaes, les utilisateurs types de votre marque. Comme de vraies personnes, ils ont des caractéristiques de personnalité et de comportement de consommation.

 

Une fois la cible bien définie, sélectionnez l’ambiance et le style de design qui sont les plus susceptibles de lui plaire et de la toucher. Gardez bien en tête qu’un bon design doit pouvoir durer dans le temps et être évolutif (comme le logo de McDonald ou Apple). 

3-    Se distinguer des concurrent

Observer le marché et les tendances graphiques des acteurs présents sont des points vitaux. En effet, vous ne voulez pas créer une identité graphique proche de celle de vos concurrents. 

 

Afin de rendre votre marque unique et de vous distinguer, n’hésitez pas à réaliser un mapping et à poser tous les acteurs de votre marché pour bien vous assurer que vous n’avez pas un design similaire à une autre marque.

4-    Créer sa charte graphique

Pour créer une identité visuelle forte et qui fonctionnera, n’oubliez pas de réfléchir à son utilisation selon les supports pour que le rendu soit optimal en print et en web : mise en page, rendu des typographies et des couleurs… 

 

A-    Le logo : élément fondateur et essentiel de la charte graphique, le plus compliqué à réaliser. Il doit être cohérent avec votre activité, tout en reflétant tous les éléments de la charte graphique. Il doit être facilement identifiable et mémorisable. Il doit être déclinable en couleurs, en noir et blanc et ajustable sur différents formats.

 

B-    Les typographies : il y a plusieurs types de typographies, celle(s) utilisées dans le logo et celles utilisées dans les documents de bureautique. Les typographies doivent être cohérentes au design global sélectionné. Il faut qu’elle soit lisible sur les supports print et web. Généralement, on recommande d’utiliser deux familles de typographiques voir trois, au maximum ! N’oubliez pas de vous servir des différentes graisses pour mettre en forme vos textes. 

 

C-    Les couleurs : élément incontournable de la charte graphique, le choix des couleurs est très important. Soyez vigilants à respecter les couleurs de votre secteur, à utiliser des couleurs qui font écho aux consommateurs et définir une palette chromatique harmonieuse. 

 

D-    Les pictogrammes, formes et signes : ces petits éléments sont très importants, car ils sont facilement identifiables et reconnaissables. Veillez à toujours utiliser les mêmes pour que votre communication soit ajustée sur tout support. 

La création d’une identité graphique peut-être longue et complexe… mais elle vaut la peine de prendre son temps !  N’hésitez pas à faire appel à vos consommateurs, voire à des professionnelles afin d’obtenir des retours pertinents. Bien sûr, attention à ne pas vous laisser trop facilement influencer non plus. 

 

N’effectuez des améliorations que lorsque vous recevez le même retour plusieurs fois et qu’il vous semble constructif. Qui plus est, inclure vos consommateurs dans cette démarche vous permet de renforcer le lien avec la marque !

Vous avez un projet et vous souhaitez vous lancer ? Inspirez-vous des identités que nous avons créé, comme celles de Chris & Olive et de la Bamboche par exemple !

Vous avez toutes les clés en main pour créer une identité de marque et visuelle forte.

N’hésitez plus, lancez-vous et amusez-vous !

Comment définir une identité de marque - Agence Zelda

Comment définir une identité de marque (1/2)

Identité de marque : qu’est-ce que c’est ?

Avant toute chose, il est important de définir ce que l’on entend
par « identité de marque ».

L’identité de marque est la manière dont la marque veut être perçue. Elle correspond à un ensemble de caractéristiques définit par la marque. Attention, il est important de différencier identité de marque et image de marque. L’image de marque correspond à la perception reçue des clients. Souvent l’image de marque est utilisée dans la communication de la marque.

 

L’identité de marque est composée de :

•Un nom

D’éléments visuels (charte graphique, logo, couleurs)
•Un positionnement et des valeurs
•Une politique marketing (produit, prix, distribution).

 

Ces éléments permettent à son audience de définir l’entreprise et de la distinguer de la concurrence. S’adressant à un profil de consommateur type établi lors de sa création, elle contribue à créer une relation entre la marque et ses clients tout en fidélisant ces derniers.

L’identité de marque est aussi un élément stratégique pour guider l’entreprise lors des prises de décisions qui assureront son positionnement dans le temps.

 

La première étape à réaliser pour créer une marque forte est donc la définition de son identité stratégique. Et ce, avant même de s’atteler à la création des éléments graphiques

Comment développer une identité de marque impactante ?

Selon Jean-Noël Kapferer, l’identité d’une marque passe principalement par la détermination des six facettes de l’identité : la personnalité, la culture, la relation, le reflet, la mentalisation et le physique,

 

Avant le physique, il faut donc établir :

 

La personnalité : Si la marque était une personne, quelle personnalité aurait-elle ? Comment communiquerait-elle ?

La culture : Quelles sont les valeurs de la marque ?

La relation : Quel type de consommation la marque entretient-elle avec son audience ?

Le reflet : Aux besoins de quels personaes les produits et services de la marque répondent-ils ? À qui la marque est-elle destinée ?

La mentalisation : Quel est l’objectif du consommateur de la marque ?

Le positionnement : Qu’est-ce qui différencie la marque de ses concurrents ?

 

Si ces questions vous paraissent encore trop floues, pas de panique ! Demandez-vous simplement : 

 

•Comment souhaitez-vous que vos clients décrivent votre marque ?

•En quelques mots, comment décririez-vous votre marque ?

•Quelle est votre valeur ajoutée ? Qu’est-ce qui vous rend spécial ? 

•Par quoi vous distinguez-vous de vos concurrents ? 

•Pourquoi avez-vous lancé votre marque ? 

•Quelles sont les valeurs qui vous sont chères et motivent votre marque ? 

 

Les niveaux de cohérence et de sens de vos réponses impacteront sensiblement la force et la perception de votre marque par le client, ainsi que la distinction qui pourra en être fait de ses concurrents. En effet, si vos réponses sont encore trop vagues, alors l’implantation de la marque dans l’esprit du public sera faible voire nulle. 

 

Une fois ces éléments définis, il ne vous reste plus qu’à caractériser la marque d’un point de vue physique. Cela passera par le naming et le design de la marque et de son univers graphique au détour du logo, des couleurs, des typographies, du style de visuels… 

 

Ensemble, ces éléments permettront aux consommateurs d’identifier la marque au premier coup d’œil ! 

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google